Automne Hiver 2017

Preservation Hall and Other Stories

Photographe: Alasdair McLellan
Directeur artistique: Giovanni Bianco
Styliste: Katie Grand
Casting: Naomi Harris, Kate Moss, Missy Rayder, Lily Nova, Kesewa Aboah, Adwoah Aboah, Eliza Cumming, Rose Daniels, Jasmine Daniels, Jean Campbell

Galerie

À certains endroits et au milieu de certains sons, le temps semble se répéter. Au cœur du bayou épais et sauvage du Mississippi, recouvert de mousse espagnole, le chant des insectes se mêle aux mélodies jazz curieusement intemporelles et avant-gardistes à la fois. Dans le Sud profond de l’Amérique, et plus particulièrement dans le port de La Nouvelle-Orléans, c’est un mode de vie, un patois plus qu’un dialecte. Ici, tout est un bricolage à la texture profonde, plein de tension et d’énergie sauvage.

La campagne Automne/Hiver 2017 de Miu Miu, réalisée par le photographe Alasdair McLellan, est un collage de paysages et de monuments de La Nouvelle-Orléans, du bayou humide à l’auguste club de jazz Preservation Hall. L’actrice primée Naomie Harris et des mannequins issues de la nouvelle garde (Adwoa et Kesewa Aboah) et de l’ère des Supermodels (Kate Moss) sont vêtues de cette collection de Miu Miu, qui célèbre le choc des couleurs et des textures.

Diverses références tirées d’une multiplicité d’ères passées offrent des images brisées du glamour : de fausses fourrures aux couleurs vives et des robes fourreau taille basse ornées de plumes et de plastique translucide, superposant des formes et des matières contemporaines à des situations d’antan.

Harris, Moss et les sœurs Aboah sont rejointes par Missy Rayder, Jean Campbell, Eliza Cumming, Jasmine Daniels, Rose Daniels, Lily Nova et le Preservation Hall Brass Band dans des décors opulents et désolés. Les photos qui en résultent dégagent un caractère atemporel que l’on ne retrouve que dans des endroits aussi vivants et envahis de mauvaises herbes que La Nouvelle-Orléans. Des ornements et des tonnes de paillettes se mêlent à des étendues de douceur réunies à l’aide de larges sangles, adoptant l’hybridité quotidienne du lieu et de la préservation.