Des robes atteignent la rive telles des rescapées d’un naufrage. Une bonne sœur les repère au loin et elles sont rapidement récupérées et étendues avant d’accéder à une nouvelle vie de célébrité dans un hôtel dirigé par des religieuses entrepreneuses. Une horde de paparazzis se précipite dans le hall avec d’envahissants objectifs. Mais quelque chose ne va pas. L’histoire qu’ils veulent entendre n’est pas celle qu’ils vont entendre. Cette histoire appartient à une robe très spéciale qui va dire exactement ce qu’elle veut.

De Djess, réalisé par Alice Rohrwacher, est le neuvième épisode de Miu Miu Women’s Tales, la série de courts-métrages réalisés par des femmes, applaudie par la critique et qui célèbre la féminité au XXIe siècle.

Cet épisode de The Women’s Tales rappelle le monde surréaliste fait d’ordinaire et d’exceptions qu’Alice Rohrwacher a développé dans ses deux films, Corpo Celeste (2011) et Les Merveilles, Grand Prix du Festival de Cannes (2014), qui a été décrit comme un « drame sur la disparition de la culture paysanne italienne, enracinée dans la sagesse rurale ».

« Je veux que mes films posent des questions », reconnaît Alice Rohrwacher, « pas qu’ils offrent des réponses ».

De Djess est plein de questions, posées sous la forme d’une fiction, que l’on peut tous miraculeusement comprendre. Pourquoi les femmes blondes ont-elles des malaises ? Pourquoi l’actrice célèbre (incarnée par la sœur de la réalisatrice Alba Rohrwacher) est-elle si contrariée ? Et pourquoi toutes les caméras tombent-elles en panne au même moment ?

Cet épisode donne une touche de tendresse à la série The Women’s Tales de Miu Miu : un monde miroir où les objets choisissent leur propriétaire et non l’inverse.

Alice Rohrwacher explique : « Je me suis dit que c’était bien de donner le rôle principal à une robe et de me mettre dedans ». La collection Printemps-Été 2015 de Miu Miu est incarnée par la robe « Number 328 », qui a littéralement sa propre vie, et un faible pour une beauté féminine moins évidente et plus ingénieuse. La robe 328 voit quelque chose dans la modeste serveuse (interprétée par Yanet Mojica). C’est comme si la chaussure de vair de Cendrillon pouvait parler. Tout le monde écouterait.

Photos de Brigitte Lacombe

Women's Tales archives

1

« The Powder Room »
Women's Tales #1

réalisé par Zoe Cassavetes

2

« Muta »
Women's Tales #2

réalisé par Lucrecia Martel

3

« The Woman Dress »
Women's Tales #3

réalisé par Giada Colagrande

4

« It’s Getting Late »
Women's Tales #4

réalisé par Massy Tadjedin

5

« The Door »
Women's Tales #5

réalisé par Ava DuVernay

6

« Le donne della Vucciria »
Women's Tales #6

réalisé par Hiam Abbass

7

« Spark and Light »
Women's Tales #7

réalisé par So Yong Kim

8

« Somebody »
Women's Tales #8

réalisé par Miranda July

10

« Les 3 Boutons »
Women's Tales #10

réalisé par Agnès Varda

11

« Seed »
Women's Tales #11

réalisé par Naomi Kawase

12

« That One Day »
Women's Tales #12

réalisé par Crystal Moselle

13

"Carmen"
Women's Tales #13

réalisé par Chloë Sevigny

14

(The [End) of History Illusion]
Women's Tales #14

réalisé par Celia Rowlson-Hall

15

« Hello Apartment »
Women's Tales #15

réalisé par Dakota Fanning