Ava entre pour la première fois dans son loft de Brooklyn. Il est vide. Fraîchement repeint, mais ancien. Des rayons de soleil passent au travers des grandes fenêtres et éclairent les marques laissées sur le parquet par d’anciens locataires. Ava s’assied. C’est là qu’elle vit désormais. C’est chez elle. C’est là qu’elle rencontrera un garçon et tombera amoureuse. C’est là qu’elle renversera du vin à une soirée. C’est là qu’ils se crieront dessus et décideront que tout est fini. Cet appartement sera le témoin de l’histoire personnelle d’Ava, de ses joies et de ses peines, de ses espoirs et de ses déceptions : un genre d’espace universel au sein duquel nous nous retrouvons tous tandis que nous évoluons vers l’âge adulte.

Le premier court-métrage réalisé par Dakota Fanning, Hello Apartment, est le quinzième de Miu Miu Women’s Tales, la série de courts-métrages réalisés par des femmes, applaudie par la critique et qui célèbre la féminité au XXIe siècle.

Dakota Fanning s’est fait connaître avec sa performance récompensée dans Sam, je suis Sam, où elle n’avait que six ans. Depuis, elle est apparue dans La Guerre des mondes et la saga Twilight, qui a marqué une génération, avant de passer à des rôles d’adulte, comme dans American Pastoral. En 2018, Dakota joue dans la série télévisée L’Aliéniste, drame historique entouré de mystère.

Hello Apartment a été écrit par Liz Hannah (co-scénariste du film de Steven Spielberg, Pentagon Papers, nominé aux Academy Awards). Liz explique que l’idée derrière le court-métrage est de « replonger dans le passé tout en vivant votre vie actuelle, le tout dans un seul espace ». Dakota raconte que l’histoire « s’inspire de mon premier logement, où je vis toujours.
C’est un véritable sanctuaire d’expériences. » Lorsqu’on lui demande si elle envisage d’en partir, elle répond : « J’ai du mal à lâcher prise. Qu’adviendra-t-il de tous ces souvenirs ? » Pour sa première fois en tant que réalisatrice, Dakota reconnaît : « J’avais besoin de me faire un peu peur. » Elle ajoute : « Je me sens comme en famille chez Miu Miu. Ça a vraiment été un plaisir d’intégrer tous les différents looks. »

Ce nouvel épisode de Women’s Tales offre le portrait attendrissant d’une jeune femme, qui passe les jours, les mois et les années avec sensualité. Il nous rappelle que notre histoire s’écrit dans notre environnement. Nos cicatrices sont nos histoires. Des dizaines d’années plus tard, une Ava bien plus âgée revient dans le même espace, les mêmes rayons du soleil filtrant au travers des grandes fenêtres, et les mêmes souvenirs l’envahissent. « Bonjour, appartement. »

Women's Tales archives

1

« The Powder Room »
Women's Tales #1

réalisé par Zoe Cassavetes

2

« Muta »
Women's Tales #2

réalisé par Lucrecia Martel

3

« The Woman Dress »
Women's Tales #3

réalisé par Giada Colagrande

4

« It’s Getting Late »
Women's Tales #4

réalisé par Massy Tadjedin

5

« The Door »
Women's Tales #5

réalisé par Ava DuVernay

6

« Le donne della Vucciria »
Women's Tales #6

réalisé par Hiam Abbass

7

« Spark and Light »
Women's Tales #7

réalisé par So Yong Kim

8

« Somebody »
Women's Tales #8

réalisé par Miranda July

9

« De Djess »
Women's Tales #9

réalisé par Alice Rohrwacher

10

« Les 3 Boutons »
Women's Tales #10

réalisé par Agnès Varda

11

« Seed »
Women's Tales #11

réalisé par Naomi Kawase

12

« That One Day »
Women's Tales #12

réalisé par Crystal Moselle

13

"Carmen"
Women's Tales #13

réalisé par Chloë Sevigny

14

(The [End) of History Illusion]
Women's Tales #14

réalisé par Celia Rowlson-Hall

16

"The Wedding Singer's Daughter"
Women's Tales #16

directed by Haifaa Al-Mansour