Désirs, obsessions, passions. La femme Miu Miu, ses besoins, ses amours, ses fantasmes en matière de mode et ses rêveries ont inspiré un court-métrage à l’occasion des fêtes de fin d’année.

On y découvre un monde Miu Miu alternatif, un « Miu-nivers » magique imaginé par le réalisateur Gordon von Steiner, une ode au cinéma d’art et d’essai et d’avant-garde du milieu du siècle dernier, une chorégraphie sauvage de couleur et de lumière, intense et illusoire, une « Miu Miu mania ». Impressionniste et abstrait, ce film est peuplé d’hommages cinématographiques et de souvenirs esthétiques : une rêverie en polychromie.

Plusieurs femmes aux multiples facettes - dont la star hollywoodienne Elle Fanning et les mannequins Eniola Abioro, Olivia Anakwa, Olivia Forte, Lucan Gillespie et Oumie Jammeh - représentent les différents traits entremêlés qui composent le caractère de l’archétype de la femme Miu Miu. Au centre, on retrouve les objets de son affection, qui deviennent son idée fixe : la mode, des accessoires, des bijoux et du parfum.

Tout au long du court-métrage, Elle Fanning est notre héroïne. Elle joue avec espièglerie avec le point de vue du public, nous attirant un peu plus dans l’irrésistible arrière-pays du film, où plus n’est jamais, jamais suffisant.

DÉCOUVREZ LA COLLECTION